Un mois de légendes /

Symptômes

Yponomeuta Cagnagella

Le comportement invasive de la chenille fileuse la rend capable de totalement défolier, voire d’écorcer les branchettes d’arbres ou arbustes qu’elle attaque.
Sa reproduction incontrôlée est principalement due au printemps excessivement sec de cette année.


le jeudi 30 avril par Basil Huwyler


Voir l'image /

Pas même dix pour cent.

Ça fait trente ans que je paye mon loyer sans un  jour de retard. J’ai demandé une baisse pour ce mois de confinement. Rien. Pas même dix pour cent.


le jeudi 30 avril par Francis Traunig


Voir l'image /

Feliz día del niño

Juan & Jhonny


le jeudi 30 avril par Rodrigo Alonso


Voir l'image /

#noname 435

Journal photographique d’un mois viral


le jeudi 30 avril par Pascal Kempenar


Voir l'image /

pour d’autres

Plus une bagnole sur les dix mille qui passaient tous les jours sur la route. Le katz aura intérêt à comprendre que le déconfinement des uns engendrera un confinement pour d’autres.


le mercredi 29 avril par Francis Traunig


Voir l'image /

Carnet mondain

Carla et DSK sont heureux de vous faire part de l ‘arrivée de Mireille, née sous le signe du Taureau

Le signe du taureau se situe entre l’équinoxe du printemps et le solstice d’été. Il est généralement associé à une grande puissance de travail, la sensualité ainsi qu’à une tendance exagérée pour les plaisirs. Son élément est la terre…

NB ( qui n ‘a rien a voir ): l ‘auteur de cette image est AUSSI du signe du Taureau…


le mercredi 29 avril par Gérard Dubois


Voir l'image /

danger

plus, bonus, clip sur la période :


le mercredi 29 avril par Pierre Montant


Voir l'image /

O Corcovado

Muita calma pra pensar

E ter tempo pra sonhar

Da janela vê-se o Corcovado

O Redentor que lindo….

Antonio Carlos Jobim.


le mardi 28 avril par Gérard Dubois


Voir l'image /

Je m’appelle Léon, suis fatigué.

Appuyé contre un mur il reprend son souffle. Je m’appelle Léon, suis fatigué. Triste aussi de ne plus pouvoir m’asseoir et boire un café.


le mardi 28 avril par Francis Traunig


Voir l'image /

El talle de Bicicletas.

Mi taller de confianza, aquí reparo a « la huesos »


le mardi 28 avril par Rodrigo Alonso


Voir l'image /

Essai…

…de japonaiserie animale.


le lundi 27 avril par Gérard Dubois


Voir l'image /

Vous habitez chez vos parents ?

La cétoine dorée se pane de pollen pour poursuivre un dessein dont elle est le jouet. Comme nous l’étions d’ailleurs, petits, au jeu de la bague dorée, et plus tard dans les bars en faisant les paons, et fanfaronner, souvent après minuit: Vous habitez chez vos parents ?


le lundi 27 avril par Francis Traunig


Voir l'image /

Conservando la « sana distancia »

Las pandemia por el COVID -19 ha obligado a utilizar herramientas para no dejar de comunicarnos, menos con nuestros seres queridos o trabajo.


le lundi 27 avril par Rodrigo Alonso


Voir l'image /

Transition

Back to reality or still in virtual space?


le dimanche 26 avril par Basil Huwyler


Voir l'image /

vitamine D

sortir un peu, prendre le soleil


le dimanche 26 avril par Pierre Montant


Voir l'image /

j’ai ?

Ça fait en tout cas un an que je ne me suis plus regardée dans un miroir, je me demande quelle tête j’ai ?


le dimanche 26 avril par Francis Traunig


Voir l'image /

Dear Wendy, 2020 COVID – 19 #QUEDATEENCASA

Mi « Wendy » Yo, Rodrigo.


le dimanche 26 avril par Rodrigo Alonso


Voir l'image /

Zoom

Meeting people in virtal spaces.


le samedi 25 avril par Basil Huwyler


Voir l'image /

salut gamin !

Et qui vois-je à sa fenêtre au cours de ma balade du matin ? Arthur, mon voisin !


le samedi 25 avril par Pierre Montant


Voir l'image /

Provençal Geographic

Et Carla pondu, ponda, pondit…


le samedi 25 avril par Gérard Dubois


Voir l'image /

Samedi pour tous – Caravane de Solidarité

Collecte et distribution d’aliments pour les familles «invisibles» de Genève. Ils sont là, ils existent et ils doivent se loger, manger, et survivre.


le samedi 25 avril par Aurélien Fontanet


Voir l'image /

Roméo et Juliette ont essayé de s’embrasser…

Note sur le bloc-notes d’un gardien de l’ordre masqué:
«17:38 – violation des règles d’hygiène par citoyen n° 371 et n° 372».


le vendredi 24 avril par Basil Huwyler


Voir l'image /

24/04/2020

Trouvé sur 20minutes.fr :

Coronavirus à Toulouse : Elle finit en garde à vue pour une banderole « Macronavirus à quand la fin ? » L’avocate d’une jeune toulousaine dénonce les quatre heures passées en garde à vue de sa cliente, pour une banderole « Macronavirus à quand la fin ? » devant chez elle. 

Publié le 24/04/20 à 15h13 — Mis à jour le 24/04/20 à 15h16

La banderole « Macronavirus à quand la fin ? » était déployée sur le mur d'une résidence toulousaine.

La banderole « Macronavirus à quand la fin ? » était déployée sur le mur d’une résidence toulousaine. — Lionel Bonaventure / AFP

Une jeune femme a été retenue quatre heures en garde à vue, jeudi à Toulouse, pour répondre d’une banderole devant son domicile, affirme son avocate Claire Dujardin et la section locale du NPA. Le message « Macronavirus à quand la fin ? » s’inspirait de la une de l’hebdomadaire Charlie Hebdo du 29 janvier.

L’affaire a commencé mardi lorsque la police est intervenue dans ce pavillon du quartier de La Roseraie, dont le mur du jardin avait été couvert de ce message visant le président de la République. Les résidents ont obtempéré à la demande de décrochage, mais les policiers sont revenus le lendemain remettre une convocation à l’une d’entre eux ayant accepté de s’identifier. Jeudi, elle a donc été placée en garde à vue, au motif « d’outrage », pour être ensuite relâchée sans suites immédiates, selon son avocate.

« L’infraction n’est pas constituée, on est plutôt sur du renseignement, de la police politique » dans « un contexte ou l’on ne peut plus manifester », a affirmé Me Dujardin. Le NPA-31 s’est pour sa part ému d’« un cas grave de remise en cause de la liberté d’expression », dans une motion soutenue notamment par les sections locales de la CGT, du PCF, d’EELV et de la LDH.

Des cas similaires à Paris, Marseille et Caen

Cette affaire est intervenue après d’autres cas depuis début avril de visites de policiers auprès d’habitants confinés ayant déployé sur leurs façades des banderoles à connotation politique, selon Mediapart.


le vendredi 24 avril par Pierre Montant


Voir l'image /

demain

Les fleurs de demain sont dans les semences d’aujourd’hui.


le vendredi 24 avril par Francis Traunig


Voir l'image /

Backstage

C’est un secret d’où vient notre nourriture.
Même ceux qui le distribuent ne le savent plus.


le jeudi 23 avril par Basil Huwyler


Voir l'image /

je cours, donc je suis

Dans son excellent livre « Street Photography, Le savoir-faire du photographe de rue » paru chez Dunod, le photographe David Gibson rapporte un entretien qu’avait eu un de ses confrères, Bill Jay, avec un grand violoniste à propos de l’obsession éprouvée par le passionné à l’endroit de son art. « Le musicien racontait qu’il lisait des partitions au petit-déjeuner, qu’il composait de la musique le matin, réfléchissait à la musique pendant sa balade digestive, s’entraînait au violon l’après-midi, se produisait en concert le soir, retrouvait des amis musiciens pour jouer, puis allait se coucher et rêvait de violon. Lorsqu’on lui demandait s’il ne s’agissait pas d’une vie étriquée, le violoniste répondait : « Oui, au début ma vie se resserrait de plus en plus. Et puis une chose formidable s’est produite. Comme si ma musique passait dans le goulot étroit d’un sablier et devenait de plus en plus large. Désormais, ma musique est reliée à tous les aspects de ma vie. » Ces mots entrent en résonance directe avec l’auteur de cette image du jour, qui fut naguère accro à la course à pied et est aujourd’hui photographe chronique, ou chroniqueur par l’image, si on préfère, de ce que le monde lui donne à voir…


le jeudi 23 avril par Pierre Montant


Voir l'image /

la plupart d’entre nous.

A la sortie d’un virage en entrant dans un bled vaudois, un grand MERCI m’interpelle. Il me faut cinquante mètres pour le digérer et rebrousser chemin pour lui faire face, m’interroger sur son immaculée présence et me demander à qui il s’adresse.

Aux soignants ? les héros qui sont au front. A l’armée ? mobilisée sans broncher en appui aux gardes-frontières. A notre ministre de l’intérieur ? Monsieur Berset et à son intervention pleine de bon sens helvétique : Il faut agir aussi vite que possible, mais aussi lentement que nécessaire. Aux citoyens responsables qui appellent la police quand ils aperçoivent des groupes de plus de cinq personnes pour, par leur civisme, contenir l’offensive virale ? Ou alors merci à Jeff Bezos ? qui plus que jamais peut satisfaire notre immodéré besoin de consolation de consommateurs.

Ou bêtement merci à Dieu d’avoir épargné la plupart d’entre nous.


le jeudi 23 avril par Francis Traunig


Voir l'image /

la tour de l’île + l’eau ferrugineuse

l’eau ferrugineuse…

https://www.ina.fr/video/I05057828


le jeudi 23 avril par John Grinling


Voir l'image /

minuit une

jamais été aussi en avance dans ma photo du jour


le jeudi 23 avril par Nicolas Spuhler


Voir l'image /

Metro CDMX (Linea dorada 12)

La contingencia en la CDMX


le jeudi 23 avril par Rodrigo Alonso


Voir l'image /

Maracana

Pluies de printemps, désertion des joueurs…, le boulodrome de mon enfance  verdit peu à peu…


le mercredi 22 avril par Gérard Dubois


Voir l'image /

Self-service

A worker takes his lunch break at an unattended bar in the biggest and presently (almost) empty shopping mall of Basel.


le mardi 21 avril par Basil Huwyler


Voir l'image /

Pulques « El edén »

La pulquería de Tláhuac.


le lundi 20 avril par Rodrigo Alonso


Voir l'image /

Allez Fifi

On rentre


le dimanche 19 avril par Pierre Montant


Voir l'image /

a

Le repli a de l’Avenir.


le samedi 18 avril par Francis Traunig


Voir l'image /

3 pingouins

Hier après-midi la foule était trop dense devant les magasins d’alimentation. Les gens s’espacent mais ils sortent nombreux. Pourquoi l’après-midi, pas le matin ? Sorti aujourd’hui avant l’heure d’ouverture, et pour éviter ce monde. Il n’y avait pas plus de trois pingouins qui se couraient après vers 8 heures 30, et un canard. Présence touchante de l’animal investissant un espace, cet espace occupé habituellement par nous-autres, partout.


le samedi 18 avril par Pierre Montant


Voir l'image /

Fête au balcon

sans balcon…

https://www.rts.ch/play/radio/emission-speciale/audio/la-fete-aux-balcons?id=11181191


le samedi 18 avril par Nicolas Spuhler


Voir l'image /

Télescope

It’s quite easy to travel these days.


le vendredi 17 avril par Basil Huwyler


Voir l'image /

ni du qu’en dira-t-on.

Elles fleurissent parce qu’elles le doivent, sans se soucier d’elles mêmes ni du qu’en dira-t-on.


le vendredi 17 avril par Francis Traunig


Voir l'image /

S’échapper

Je n’avais jamais pensé qu’un jour je serais sur la même longueur d’onde qu’une betterave


le vendredi 17 avril par Justine Grespan


Voir l'image /

Rituel

Rituel immuable. Tous les matins, à l ‘heure du petit déjeuner, Catoune, ci-devant chatte des voisins, vient chercher son dû : une noisette de beurre salé dont elle raffole. Vite engloutie.

Deux miaous et trois ronrons, elle retourne à ses mystérieuses activités.Nous ne la reverrons que ce soir, entre chien et loup.


le vendredi 17 avril par Gérard Dubois


Voir l'image /

voisin

Hé mais c’est Bruno ! je le huche. Il fait son sport, mon voisin est du matin pour ça. Je reviens de la supérette, encore fermée, je ne retiens jamais les horaires, parce que ces détails m’ennuient, me dirige donc vers l’autre. Enfin, j’ai trouvé du pain de mie complet.


le vendredi 17 avril par Pierre Montant


Voir l'image /

#noname 421

« Move and play ». Nos existences doivent-elles se résumer à échapper à un virus ? Bouger ou mourir.


le jeudi 16 avril par Pascal Kempenar


Voir l'image /

poupée parlante

et à tous, revenez-nous vite


le jeudi 16 avril par Pierre Montant


Voir l'image /

Sand in our genes

Version contemporaine de « Sous les pavés, la plage »


le mercredi 15 avril par Michel Bruno


Voir l'image /

style

Belle figure de style appelée monocycle sous les regards attentifs des gabelous français d’un côté et des militaires suisses de l’autre.


le mercredi 15 avril par Francis Traunig


Voir l'image /

Throne Of Games

D’accord, je sais, c ‘est pitoyable. Mais ne m ‘accusez pas de paresse : vous ignorez le temps qu’il m ‘a fallu pour retrouver tous ces jeux oubliés et rangés dans divers placards, et le temps qu’il m’a refallu pour tout remettre en place.

Ne m ‘accusez pas de paresse.

Ici, il n ‘y a qu’une évidente forme de déliquescence intellectuelle.

Désolé.


le mercredi 15 avril par Gérard Dubois


Voir l'image /

Tordos negros…

Otros nombres que recibe es zorzal montañés, mirlo negro o mirlo gutemalteco. Esta especie de ave paseriforme, reconocido con el nombre científico de Turdus infuscatus, reside en El Salvador, Guatemala, Honduras y México.


le mercredi 15 avril par Rodrigo Alonso


Voir l'image /

le pain de mie

On connait en cette période de pandémie la situation calamiteuse des pâtes, du papier hygiénique, des sardines à l’huile, et celle de la farine : accrochez-vous. Rayons pillés, difficultés à trouver, etc. On parle moins du pain de mie, du nature et du complet : c’est la même chose. Rayons vides… Les stocks sont faits. C’est probablement plus simple ainsi que de se rendre tous les jours à la boulangerie, avec le risque que comporte le retour de baguette, sur le front du covid-19. On comprend… Néanmoins, le photographe ne se rend pas non plus tous les jours à la boulangerie, quel que soit d’ailleurs le jour de l’année : il déjeune depuis fort longtemps au pain de mie (complet).

C’est donc en quête de cette denrée alimentaire devenue rare que j’ai fait cette photo. Rue déserte, je cadre au départ le décor, voilà que déboule ce monsieur qui me fait un geste de la main pour s’excuser du dérangement. Il ne sait pas la chance que j’ai : la photo est habitée…

Il n’y avait plus de pain de mie. Ni nature, ni complet. J’aurais pu passer à la boulangerie, j’ai oublié.

Autre essai demain.


le mardi 14 avril par Pierre Montant


Voir l'image /

COVID – 19 Obliga algunos a cambiar de residencia.

Una persona sin hogar, cambiando de sitio, la policía los esta desalojando.


le mardi 14 avril par Rodrigo Alonso


Voir l'image /

Fool’s garden revisité

I’m sittin’ here in the boring room
It’s just another sunny monday afternoon
I’m wasting my time
I got nothin’ to do
I’m hangin’ around
I’m waitin’ for you
But nothing ever happens and I wonder

le lundi 13 avril par Justine Grespan


Voir l'image /

COVID – 19 , en México no pasa nada…

La vida cotidiana se sigue haciendo en mi México =)


le lundi 13 avril par Rodrigo Alonso


Voir l'image /

Drop

Peut-être que les Gaulois ont craint que le ciel leur tombe sur la tête,
mais avec moi, c’est l’inverse.


le lundi 13 avril par Basil Huwyler


Voir l'image /

les tiroirs de ma mère

Elle raconte toujours la même histoire à Pâques :

Pendant les fêtes quand j’étais petite avec mes frères et sœurs on décorait les œufs. Après on se les cognait les uns contre les autres pour voir qui avait l’œuf le plus dur. Et c’était toujours mon père qui gagnait. Jamais sa coquille ne se brisait. Il disait : J’ai des mains fortes, regardez-moi, et vous, si vous voulez un jour avoir des mains comme moi pour que l’œuf ne se casse pas vous devez bien manger à table, finir votre assiette, et surtout toi Hanny, manger ta soupe sans rouspéter.

Quand mon père est mort nous avons découvert son œuf dans un tiroir. Il était en plâtre et le repeignait chaque année d’une autre couleur.

Quels secrets dans les tiroirs de ma mère ?


le dimanche 12 avril par Francis Traunig


Voir l'image /

ombre

et soudain  passe une ombre, silencieuse, juste au-dessus de nos têtes.


le dimanche 12 avril par Nicolas Spuhler


Voir l'image /

COVID-19 CDMX, Iztapalapa. Mercado de San Lorenzo Tezonco. (Con la Má)

Con la Mami en el mercado  en tiempos de COVID-19, una pandemia que en el pueblo no hace daño.


le dimanche 12 avril par Rodrigo Alonso


Voir l'image /

Hase’ Himmelfahrt

(L’Ascension du lapin)


le dimanche 12 avril par Basil Huwyler


Voir l'image /

5 personnes, 2 mètres.

Et parfois, le respect des consignes,  ça fait un peu mal.


le samedi 11 avril par Nicolas Spuhler


Voir l'image /

L’espace social

L’espace social, dans certaines circonstances, est parfois difficile à respecter.


le samedi 11 avril par Francis Traunig


Voir l'image /

Carrefour Express

Le marché couvert est fermé : mesures sanitaires obligent. Tous se rabattent sur le Carrefour Express pris d’assaut par une file de 100 mètres linéaire de chalands masqués FFP2 (mais où les trouvent-ils ? au marché noir ?). Chacun prend soin de laisser un espace de deux mètres au moins entre deux, la queue va jusqu’au Picard surgelés de la rue de l’autre côté, où une file partant à gauche forme comme une équerre avec la mienne. Les salariés du Carrefour s’activent, réassortissent les rayons depuis plus d’une heure : jamais ils n’ont dû autant travailler que sur ces trois dernières semaines. Il est des dividendes qui doivent se perdre… Je discute un moment avec ma voisine, à bonne distance. Peintre et iconographe et contact sur Instagram depuis ce matin, qui ne s’est pas offusquée que je la prenne en photo. Ce qui n’est pas le cas d’un pauvre bougre, qui m’invective – en me tutoyant – alors que je ne le prenais pas, lui, en photo. Vérifiant ainsi ce classique que le plus hostile n’est le plus souvent pas celui qui a été photographié, mais celui qui vous a vu faire la photo. Le covid-19 n’y peut mais…

Il me reste environ un quart d’heure avant le reconfinement.


le samedi 11 avril par Pierre Montant


Voir l'image /

20 minutes

Avant c’était le temps pour lire la « presse » du jour, maintenant le temps d’attente pour entrer dans un magasin et y acheter sa nourriture


le samedi 11 avril par Justine Grespan


Voir l'image /

The Ginger Guy

27 mars, aéroport de Ezeiza, Buenos Aires. J ‘attends un avion qui ne viendra pas. Pour tromper l ‘ennui , j ‘ai sorti le Ricoh et je shoote mes compagnons d’infortune et la vie ralentie de l ‘aéroport. Un jeune gars m ‘aborde, nous fumons une clope ensemble et parlons photo.Il est mannequin, et en a le physique, belle gueule de bad boy rouquin. Je fais deux portraits, à la va-vite.Il prend ma carte. Hier , je reçois un message sur WhatsApp :  » Je suis le rouquin rencontré à Ezeiza… »

Echange…

Salut, l’ami.Je connais à présent ton prénom.

On se reverra peut-être….

? Quien sabe ?


le samedi 11 avril par Gérard Dubois


Voir l'image /

COVID – 19 Sábado de Gloria, Iztapalapa CDMX.

La Semana Santa continúa durante este fin de semana del 9 al 12 de abril del 2020 y es una fecha de total respeto donde se conmemora un año más de la muerte de Jesús de Nazareth.

Dentro de este fin de semana se encuentra el Sábado Santo, fecha triste por que la Biblia nos dice que fue uno de los días más tristes para el pueblo ya que había muerto Jesús en la cruz.


le samedi 11 avril par Rodrigo Alonso


Voir l'image /

10/04/2020

Je partage le même tracas que le collègue Gérard Dubois : une photo sans aucune présence humaine, j’ai du mal. Le pot de fleur, le lierre au flash, le bout de peuplier en synchro lente deuxième rideau ou tout objet ou détail d’objet comme savent si bien le présenter quelques mags du web branchés à maquette arty, je ne sais pas bien m’y prendre. Mieux, ça m’ennuie, souvent. Suis déjà vieux… Tout au moins, à défaut de silhouette, doit-on à mon sens flairer directement, pour ne pas dire frontalement, la présence humaine dans l’image. Hier c’était un cimetière caché derrière la palissade, aux arbres s’enfouissant dans le caveau des disparus… L’humaine présence y était éthérée, mais ce n’est pas avec une attestation dérogatoire de sortie pour faire des commissions chez Lidl qu’on improvise le mieux un hommage aux chers disparus. C’est un peu serré.

Ce matin tôt direction inverse : Carrefour Market. Il était fermé, n’ouvre qu’à dix heures au lieu de huit. Avec ce confinement, tout est sens dessous dessous.

Le gouvernement sera bien tenté de nous la faire à l’envers, à la grecque, jusqu’à Lagarde : la présidente de la Banque centrale européenne (BCE) n’a-t-elle pas écarté jeudi sur France Inter « l’idée d’une annulation globale des dettes contractées par les Etats de la zone euro dans leur gestion coûteuse de la pandémie du coronavirus » ? « Ça me paraît totalement impensable », a-t-elle déclaré en réponse à une question sur ce sujet.

Elle a par ailleurs souligné qu’il faudrait « beaucoup plus de temps » que deux, trois, cinq ou dix ans pour que les Etats de la zone euro sortent de cet endettement.

Commentaire d’Aurélien Barrau, brillant astrophysicien épris de philo et d’écologie : « Ils ne peuvent structurellement PAS penser, c’est bien le problème. Ils sont accroc à la croissance comme un drogué à l’héroïne. Mais le corps que la substance dévore est aussi le notre : on ne peut plus rester les otages des bouffons. »


le vendredi 10 avril par Pierre Montant


Voir l'image /

Une grande question…

Confinement.

Fidélité due à UPPJ. Il me faut faire la photo du jour, dans un environnement rétréci.Bien sûr, je suis tenté de rester dans le jardin, à voir pousser le printemps , qui s ‘annonce superbe. Mais j’aime trop mettre dans mes images une présence humaine. Reste ma rue, et mes voisins.Mes voisins, que je connais peu, à part deux familles avec lesquelles les liens sont quasi amicaux. Mes rapports avec les autres se bornent, dans le meilleur des cas, à un bonjour poli…

Confinement.

Je me surprends à les épier, mes voisins. Non par curiosité , mais juste pour  pouvoir  pondre une image par jour, la plupart du temps sans grand intérêt…

Confinement.

Il est temps que ça cesse…

Confinement.

ça rend con, non ?..

Je sais aujourd’hui que mes voisins les plus proches ont reçu un colis.

ça vous fait une belle jambe.

Désolé.


le vendredi 10 avril par Gérard Dubois


Voir l'image /

Trou de ver

22:33  Trouvé un trou de ver
22:34  Fini par retourner à l’école
22:34  …immédiatement fait demi-tour


le vendredi 10 avril par Basil Huwyler


Voir l'image /

fraction

1/16000e de seconde  de la vie d’André


le vendredi 10 avril par Nicolas Spuhler


Voir l'image /

# # #

Wo sonst die Fahnen der Basel World wehen, macht sich der Hashtag breit;
denn nur der bringt’s wirklich.


le jeudi 9 avril par Basil Huwyler


Voir l'image /

le chat de la voisine

en confinement


le mercredi 8 avril par Pierre Montant


Voir l'image /

Ces héros

Qui l’eût cru ?


le mercredi 8 avril par Justine Grespan


Voir l'image /

Vapeur bonheur

Oui c’est bien un fer à repasser au 1er plan…

Vapeur bonheur.


le mercredi 8 avril par Nicolas Spuhler


Voir l'image /

https

https://www.bilan.ch/auteurs/etienne-dumont


le mardi 7 avril par Francis Traunig


Voir l'image /

Sous les palmiers

Et pourtant si impossible d’y aller


le mardi 7 avril par Justine Grespan


Voir l'image /

Isolée

Des yeux rigides derrière des rideaux fermés qui suivent tous les mouvements dans la rue… contradictoire? Non, une litote.


le mardi 7 avril par Basil Huwyler


Voir l'image /

Bientôt sur la croix plantée dans le lac …

… à l’instar de sa mère, immortalisée par le père spirituel de ce site, bien avant que Photoshop ne voit le jour.


le lundi 6 avril par Michel Bruno


Voir l'image /

Les bons plans d’Antoine

Livraison par l’ami Antoine d’un panier Amap excédentaire car prévu pour les restaurants…fermés.

Artichauts, choux Kale, laitue, oignons, persil, champignons, courgettes, blettes et FRAISES…

Tiens, je vais revoir La traversée de Paris…


le lundi 6 avril par Gérard Dubois


Voir l'image /

je fais

Rencontre au parc où je fais de mon mieux pour suivre les injonctions des autorités. Ne pas se serrer la main, se protéger les muqueuses, tousser dans son coude et garder ses distances.


le lundi 6 avril par Francis Traunig


Voir l'image /

voisine

ma voisine coud des masques et fait une revue de presse

ceci en plus, pour boucler quinze jours difficiles entre travail et confinement :


le dimanche 5 avril par Pierre Montant


Voir l'image /

En 1 mois…

… Daniel Koch est devenu le fonctionnaire le plus connu de Suisse. C’est lui qui nous annonce combien il y a eu de nouveaux décès du Covid 19. A son regard, on sait.


le dimanche 5 avril par Michel Bruno


Voir l'image /

M. et N.

M. et N. profitent du confinement et des 20 degrés de ce début d’avril pour se maintenir en forme.


le dimanche 5 avril par Francis Traunig


Voir l'image /

Habits du dimanche

Les grands oubliés du confinement


le dimanche 5 avril par Justine Grespan


Voir l'image /

Butch, le Kid, et les autres…

Cinq minutes dans la rue…; à gauche , avec le jaune, commence mon territoire…


le dimanche 5 avril par Gérard Dubois


Voir l'image /

Relax moment…

Los días de « COVID 19 » en Iztapalapa , así se viven, con calma.


le dimanche 5 avril par Rodrigo Alonso


Voir l'image /

Homme viril. Homme barbu.

Les grands oubliés du confinement


le samedi 4 avril par Justine Grespan


Voir l'image /

I only wanted…

…to see you laughing in the PURPLE RAIN…


le samedi 4 avril par Gérard Dubois


Voir l'image /

Monsieur Ito

Monsieur Ito aime photographier la vie qui passe perché sur son caddy. Il me confie préparer une action devant les Nations-Unies. Il a décidé de s’emballer dans des sacs-poubelle pour protester contre la très mauvaise gestion de la crise sanitaire par le président Trump.


le samedi 4 avril par Francis Traunig


Voir l'image /

Sténopé

C’est fou ce qu’on arrive à faire avec une boite à chaussures, un trou fin comme un rayon laser, un vieux film périmé, 2 sec de soleil, un peu de vinaigre, de citrine, et caphénol.

Une photo quoi.


le samedi 4 avril par Nicolas Spuhler


Voir l'image /

3/4 d’heure

en covidie


le vendredi 3 avril par Pierre Montant


Voir l'image /

Neige d’antan…

La rue de Domrémy. Accessoirement, ma rue.

Dom-ré-my.

Ce m, cet accent aigu, cet i grec final…

à la question :  » Vous l ‘écrivez comment ?! « , j ‘ai depuis longtemps renoncé à répondre :  »  Domrémy…vous savez : le village de Jeanne D ‘Arc !.. » , le silence sépulcral de l ‘opérateur au bout du fil, ou le regard vide du fonctionnaire derrière l ‘hygiaphone, m ‘ayant convaincu que les images d’ Epinal n’ont plus cours et que plus personne ne se souvient de Jeanne la bergère qui entendait des voix, sauf , une fois par an, au joli mois de mai, quelques ganaches fascistes dont le temps est désormais compté…

Donc, j ‘épelle, lentement.

Et je me prends à penser que nous aurions bien besoin de la Pucelle pour sauver le Royaume et bouter hors de France ( et d ‘ailleurs…) le maudit virus.Greta n ‘y ayant pas suffi…

« Jehanne, la bonne Lorraine/Qu’Anglois brulerent a Rouan »…( en moyen français, c ‘est à dire à cheval entre ancien français et français moderne, pour les tatillons-pointilleux qui verraient ici quelques erreurs orthographiques…).


le vendredi 3 avril par Gérard Dubois


Voir l'image /

Radio Crea

https://www.instagram.com/creageneve/


le vendredi 3 avril par Nicolas Spuhler


Voir l'image /

dit

Que dit le masque de celui qui le porte ?


le jeudi 2 avril par Francis Traunig


Voir l'image /

La seule…

Sortie, rapide, autorisée….Au supermarché.

La seule personne que je vois est cette dame qui attend au coin d’une rue qu’on vienne la chercher…


le jeudi 2 avril par Gérard Dubois


Voir l'image /

02/04/2020

« C’est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain n’écoute pas. »
Victor Hugo

le jeudi 2 avril par Pierre Montant


Voir l'image /

Descansando.

En la explanada de San Lorenzo Tezonco CDMX. Iztapalapa…


le jeudi 2 avril par Rodrigo Alonso


Voir l'image /

Luxe

Flushing my thoughts into oblivion.


le jeudi 2 avril par Basil Huwyler


Voir l'image /

01/04/2020

confiner avec Lemmy Kilmister, découvert essentiellement après sa mort : un grand monsieur. Il n’est jamais trop tard…


le mercredi 1 avril par Pierre Montant


Voir l'image /

fait

Ma mère, pour ses 95 ans, fait prendre l’air à sa poule.


le mercredi 1 avril par Francis Traunig


Voir l'image /