Un mois de légendes /

ou

Cornes de Yak ou guidon de bicyclette ?


le mardi 22 juin par Francis Traunig


Voir l'image /

scrutateur

à cette table : exprimés 197, nuls 2, blancs 1. Abstention : beaucoup trop.


le dimanche 20 juin par Pierre Montant


Voir l'image /

Météo Suisse

Elisa couchée sur le dos de la pente, dos de plus de mille mètres, couvert de fleurs, de sapins et de mélèzes qui attendent avec impatience l’orage annoncé par Météo Suisse.


le dimanche 20 juin par Francis Traunig


Voir l'image /

Arrivés

Au pied de l’arc-en-ciel


le dimanche 20 juin par Nicolas Spuhler


Voir l'image /

Ska-P

S’il était possible de coller des dynamos sur Sandrine, Rosula et Anoun (et Véronique en train de courir après les Yaks) on pourrait électrifier le groupe Ska-P


le samedi 19 juin par Francis Traunig


Voir l'image /

exilés fiscaux

Entre les lignes, on semblait comme à la récré percevoir la stridence du sifflet. Lu sur un mur : « le paradis était fiscal, finalement ». Prochaine enquête du Point : les décrocheurs et autres optimiseurs fiscaux qui par paresse, ou phobie administrative, on ne sait, se soustraient à l’impôt ? à suivre…


le samedi 19 juin par Pierre Montant


Voir l'image /

15 ans de unephotoparjour, aujourd’hui

Une belle manière de fêter l’autre anniversaire…


le samedi 19 juin par Michel Bruno


Voir l'image /

On ne remercie jamais assez

On ne remercie jamais assez le yak de transporter sur son dos ce qui pèse sur le nôtre.


le vendredi 18 juin par Francis Traunig


Voir l'image /

ne me quitte plus

« Ô, masque ! Ne me quitte plus. Dans la rue, au soleil. Loin de toi, loin des autres ? Peu me chaut, ne me quitte plus. Laisse-toi devenir l’ombre de mon ombre, l’ombre de ma main, l’ombre de mon chien. Quoique vacciné, à ARN, messager ou non, à adénovirus, peu me chaut : ne me quitte plus… » (strophe rapide, d’inspiration belge)


le vendredi 18 juin par Pierre Montant


Voir l'image /

S’ils savaient ce qui les attend

S’ils savaient ce qui les attend les trois jours suivants

-Auraient pris un sac à dos moins lourd et un peu plus d’eau.

-Un matelas gonflable avec des boudins en bon état.

-Une tente plus spacieuse pour l’un, une tente tout court pour l’autre.

-Seraient peut-être restés sur leur banc à contempler les cimes et boire des bibines.

Mais trois jours plus tard les deux compères ont souri d’avoir ces trois jours derrière eux.

Inoubliables.


le jeudi 17 juin par Francis Traunig


Voir l'image /

Chaque moment compte

Celine van Till, née en 1991, athlète internationale de Para-Dressage jusqu’en 2017 et convertie à l’athlétisme en 2018, a représenté la Suisse lors des échéances internationales. Ne cessant jamais de s’entrainer, elle termine 13ème aux Jeux Paralympiques de Rio en 2016.

Elle a débuté l’équitation à l’âge de 6 ans et a évolué rapidement en équipe nationale avec les juniors. Certes, c’est en 2008 le destin de Celine a basculé. La chute ! Victime d’un traumatisme crânien, après un mois dans le coma, elle en ressort partiellement tétraplégique, malvoyante et elle avait perdu ses capacités mentales. Forte d’une détermination à toute épreuve et d’un mental de compétitrice hors-pair, c’est auprès de ses chevaux qu’elle entame sa « résurrection », son défi de revenir à la vie.

À côté d’un entraînement assidu, elle doit également gérer et maintenir ses capacités physiques. Mais pas seulement ; son but est de progresser. Les défis la font avancer. Elle apprend et a des ambitions : les Jeux Paralympiques de Tokyo 2020 qu’elle pourrait atteindre à force de persévérance et de volonté pour qui « tout est possible », comme elle tient régulièrement à le souligner.


le jeudi 17 juin par Michel Bruno


Voir l'image /

Ummpfrr

C’est aujourd’hui, jeudi 17 juin, une grande première depuis neuf mois. Le port du masque dans la rue n’est plus obligatoire : l’obligation est levée ! Mais le fourrage du bâton dans les fosses nasales, pas une obligation, se poursuit : il faut dépister. On se demandait ce matin sur les ondes radiophoniques de la FM, si la fin du masque (à l’extérieur) – avec une avance de dix jours sur le calendrier prévu – pouvait procéder d’un calcul électoraliste. Cela pourrait-il, sait-on jamais, conduire à un surcroît de bulletins en faveur des candidats de la majorité présidentielle aux départementales et régionales ? A titre personnel, on en doute. La surprise est venue de tous ces passants, jeunes y compris, continuant de porter le masque en pleine rue : à se demander même si ça ne conspirerait pas un peu, diffus, juste pour taquiner le complotiste.


le jeudi 17 juin par Pierre Montant


Voir l'image /

retour

Crash de mon ordi. Plus de logiciels, un peu de temps pour reconstruire .

Aujourd’hui c’est le retour aux affaires.

Au milieu des champs dorés.


le mercredi 16 juin par Nicolas Spuhler


Voir l'image /

pour que Vlad puisse rejoindre son pote Jo

Nous sommes bloqués sur l’autoroute, motards, bagnoles, une bonne demi-heure dans un bouchon qui s’étire sur bien vingt kilomètres pour que Vlad puisse rejoindre son pote Jo au parc de la Grange gardé par 2000 policiers, l’armée et des batteries anti-missile.


le mercredi 16 juin par Francis Traunig


Voir l'image /

The Beast

C’est le petit nom de la Cadillac One de Joe Biden

Du coup, Putin / sa voiture devient … « The Beauty » ?


le mercredi 16 juin par Michel Bruno


Voir l'image /

PLuie

Paradis Artificiel.

Et, comme dirait Francis, ce qui devait arriver arriva.


le mardi 15 juin par Nicolas Spuhler


Voir l'image /

Joseph Robinette Biden

…c’est à ce moment là que Joseph Robinette Biden sort de son Air Force One précédé de son irrésistible sourire qu’il aura adressé en primeur au Président de la Confédération Suisse Guy Parmelin, qui lui aussi avait su séduire les américains lors d’un  de ses déplacements dans le Nouveau-Monde.

https://web.facebook.com/RTSinfo/videos/parmelin/376798049741016/?extid=SEO—-&_rdc=1&_rdr

…mais les deux compères, José et Manu, s’en foutent comme d’une guigne.

Ps : Mais à la décharge des bévues Parmelin, il est rassurant qu’un vigneron puisse accéder à la présidence d’un pays démocratique.


le mardi 15 juin par Francis Traunig


Voir l'image /

Tout vibre

Me disait récemment un ami photographe.


le dimanche 13 juin par Nicolas Spuhler


Voir l'image /

autoportrait enbituminé

« Tout portrait qu’on peint avec âme est un portrait non du modèle, mais de l’artiste », Oscar Wilde, Le Portrait de Dorian Gray.

le dimanche 13 juin par Pierre Montant


Voir l'image /

Le

Le repos du guerrier.


le dimanche 13 juin par Francis Traunig


Voir l'image /

13/06/2021

Alejandro unido a la 4T


le dimanche 13 juin par Rodrigo Alonso


Voir l'image /

cadre

Splendide vernissage d’une splendide équipe à la Fabrique de l’Image de Meysse dans le cadre du Festival Présence(s) à Montélimar.


le samedi 12 juin par Francis Traunig


Voir l'image /

Ciné Concert

Un batteur, un clavier, un film muet: une belle soirée


le vendredi 11 juin par Nicolas Spuhler


Voir l'image /

chapelle

at Présence(s) photographie, Montélimar


le vendredi 11 juin par Pierre Montant


Voir l'image /

…et

…et ce fut mémorable. Il fut démasqué !


le vendredi 11 juin par Francis Traunig


Voir l'image /

Dai dai

Du nom de ce vendeur de glace génois qui clamait « dai dai » (vas-y vas-y) sur son vélo, avant que les glaces ne fondent…


le vendredi 11 juin par Michel Bruno


Voir l'image /

Et soudain

Passe une antenne


le jeudi 10 juin par Nicolas Spuhler


Voir l'image /

Cochon radioactif

Cyrille créateur du Cochon radioactif revue comico-anarchiste cracha un jour sur le parebrise d’une Ferrari parquée sans avoir remarqué son propriétaire à l’intérieur. Il prend alors la poudre d’escampette mais le conducteur du bolide le rattrape, le traine par le bras jusqu’à sa voiture et fait nettoyer l’outrage par Cyrille. Qui s’exécute en enlevant son T-shirt pour en faire un torchon.


le jeudi 10 juin par Francis Traunig


Voir l'image /

signe

des temps


le mercredi 9 juin par Nicolas Spuhler


Voir l'image /

mission accomplie

avec Gérard Pesquet-Dubois


le mercredi 9 juin par Pierre Montant


Voir l'image /

En horas de trabajo.

Manuel y Sergio, camaradas de la 4T


le mardi 8 juin par Rodrigo Alonso


Voir l'image /

Abeille

Ou Super Puma plutôt, butinant le ciel de ses grandes pâles


le mardi 8 juin par Nicolas Spuhler


Voir l'image /

Tout

tremble…


le lundi 7 juin par Francis Traunig


Voir l'image /

mon oreille

Cette présence, tout au fond des bois, chuchote à mon oreille : Celui qui essaiera de percer mon mystère s’assèchera l’imaginaire…


le dimanche 6 juin par Francis Traunig


Voir l'image /

« Jamal »

Arles, 5 juin 2021, 12h40, 27°c.
Je vois cet homme s’échiner, batailler dur pour plier les emballages du marché et en faire de jolis paquets. Jamal, j’apprendrai son prénom plus tard, me voit, me renifle, et m’invite à le photographier. Belle tronche, couleurs, lumières, mon graal photographique. Je fais la photo puis lui demande comment faire pour lui envoyer. Ni une, ni deux, il prend un papier, je lui tend un stylo, il m’écrit avec soin son nom et adresse. Je le remercie, il me remercie et je file. Je traine encore sur le marché puis il me vient à l’esprit qu’il y a une boutique à Arles qui vend santons et pellicules mais qui a surtout des machines capables de sortir de suite les photos de mes cartes. Je reviens sur mes pas, lui donne la photo. Pas un chef d’œuvre mais je m’en fous, j’ai la banane. La photo emmerde les racistes.

le samedi 5 juin par Pascal Kempenar


Voir l'image /

réellement

Nous voilà à faire voler des drones sur Mars, lorgner Vénus, guetter les frémissements du Big-Boum mais savons-nous ce qui se passe réellement dans la tête d’un poisson rouge ?


le samedi 5 juin par Francis Traunig


Voir l'image /

Kiki

« Oh dites-donc il est bien votre chat là ! » lui dis-je. Le monsieur se retourne. « C’est pas un chat, c’est un perroquet. — Ha bon ? et il vous chante des trucs ? — Ha ça oui (silence, l’air abattu)… il sait même me renvoyer au boulot, me demandez pas comment il a appris ça. — Pas moyen d’être tranquille quoi, improvisé-je. — C’est simple, ajoute-t-il, je veux dormir le matin, il se met à me souffler dans les oreilles : « Il ne faut jamais dire Fontaine, il faut dire : Patron, un muscadet ! »


le jeudi 3 juin par Pierre Montant


Voir l'image /

Picazo!

« Rosas , ya hay [email protected], Picazo, solo hay una »


le mardi 1 juin par Rodrigo Alonso


Voir l'image /

encore une fois, je dis oui

Je suis assis. Attends, laisse trainer le regard. Le zigue derrière le comptoir vient vers moi et me demande si j’ai finalement réussi ma mise à jour. Pour lui être agréable et ne pas le contredire, je dis oui. Et il s’en va souriant. Puis une dame bien mise, (octogénaire minimum), s’assied à mes côtés. Avec un petit rosier dans un panier. Nous devisons sur la couleur rose des roses qu’elle vient d’acheter lorsqu’un monsieur (octogénaire sans doute aussi) vient aider la dame à se lever et dit : Elle est à moi, je la reprends ! Pour lui être agréable et ne pas le contredire, encore une fois, je dis oui. Et elle s’en va souriante…


le mardi 1 juin par Francis Traunig


Voir l'image /