Michel Bruno

Michel Bruno /

3186 images depuis octobre 2015
Dernière image il y a 3 jours

Bio /

A 17 ans, je découvre grâce à ma mère qu’une bonne photo apparaît comme telle également quand on la regarde à l’envers.

J’opterai donc pour le Rollei, qui, outre l’inversion de l’image, permet de « voler » des portraits, puisque le photographe est davantage tourné vers son nombril que vers son sujet.

Après mes études à HEC, j’hésite à devenir photographe et partir sur les traces de HCB.

HEC ou HCB ? J’ai choisi la première option pour veiller à ce que la passion pour la deuxième soit préservée.

Aujourd’hui, je privilégie le rapport frontal et à l’endroit au sujet photographié.

 
On the edge of being par Michel Bruno
Mt Sax par Michel Bruno
Il faut immortaliser Pastis Man par Michel Bruno
L’heure du homard par Michel Bruno
Faut-il lire une image de gauche à droite … par Michel Bruno
… ou de droite à gauche ? par Michel Bruno
Je vous l’avais dit par Michel Bruno
Fidèle au poste par Michel Bruno
A chacun son compagnon par Michel Bruno
On la trouve aussi à la Maison Blanche par Michel Bruno
Bientôt, il tombera à genoux par Michel Bruno
Pour mes cheveux, rien de mieux que technique de la chaussette ! par Michel Bruno
Votre santé bucco-dentaire ? J’en fait mon affaire. par Michel Bruno
J’ai le meilleur signe du Zodiaque par Michel Bruno
… happen ? par Michel Bruno
Vous n’êtes pas le premier par Michel Bruno
Alors on danse ? par Michel Bruno
C’est dans ce champ que je sens sa présence par Michel Bruno
Il y a une femme derrière moi ? par Michel Bruno
Cheese ! par Michel Bruno
Gare à vous si vous mettez un c à Anouk par Michel Bruno
Chasseuse, bien plus que fermière par Michel Bruno
J’irais bien humer l’océan par Michel Bruno
Coup de torchon par Michel Bruno
Ca pourrait être bien, non ? par Michel Bruno
Would the Pro-vax care to disagree on that ? par Michel Bruno
Blowing in the wind par Michel Bruno
If you want it par Michel Bruno
#bientôtpluspossible par Michel Bruno
Prendre ou être ? par Michel Bruno
Connecting to the sea par Michel Bruno