Pierre Montant

Les légendes de Pierre Montant /

550 images légendées.

01

02

03

04

05

06

07

08

09

10

11

12

2020

01

02

03

04

05

06

07

08

09

10

11

12

2019

01

02

03

04

05

06

07

08

09

10

11

12

2018

01

02

03

04

05

06

07

08

09

10

11

12

2017

01

02

03

04

05

06

07

08

09

10

11

12

2016

23/11/2020

Il faut s’employer en tout cas. S’employer c’est le mot. Je répondais à un mail de Francis sur ce qu’est la photo, photographier.
Tous les matins je pars avec la boule au bide : vais-je y arriver ? C’est pas une fausse modestie du tout : c’est un trac réellement, mais j’aime ça (il faut le préciser…). C’est un sentiment ambivalent, de crainte, de désir. Le désir est le plus fort à la fin.
En mon for intérieur qui est parfois assez faible, je me dis : tu dois le faire, paisiblement, je me dis ça calmement. Tu dois faire la photo.
Je me dis que je dois le faire non pas seulement pour Une par jour, mais pour moi, mon équilibre. Il n’y aurait que l’hôpital, et toutes ces questions qu’il faut traiter chaque jour, ces situations à remettre d’aplomb, ou plus modestement disons à redresser, pour qu’elles soient moins bancales, même si elles le restent bien souvent, bancales, je serais fou, moi aussi, à hospitaliser, sûrement. Peut-être pas. Déprimé disons.
La photo me procure une joie à être au monde, et ceci donc grâce à ce collectif qui est une barre de maintien – comme celle du bus. J’y trouve une forme d’équilibre. C’est important aussi d’avoir une vie entre deux, entre le boulot et chez soi où on est enfermé, surtout en ce moment. La photo c’est une  conjonction « et ». A la marge, elle relie les pages, pour reprendre (à mon compte) le mot de J-L G, autre Suisse fameux avec Francis (« la marge, c’est ce qui relie les pages. » )

le lundi 23 novembre


Voir l'image

Arecibo

la réalité à laquelle cette sorte de radar ambulant me faisait inopinément songer est assez triste : https://www.liberation.fr/sciences/2020/11/20/le-celebre-telescope-d-arecibo-n-ecoutera-plus-l-univers_1806154


le samedi 21 novembre


Voir l'image

ligne de fuite

Tu confines, bosses, manges, tu dors, bosses, tu confines, arrive le week-end – confiné… Tu sors, allez, une heure. Tu manges ! Puis lis, un peu. Facebook. Instagram. Dors. Début de semaine. Tu te lèves, déjeunes. Mets la radio. On te dit : « un Français sur deux est victime de troubles psychiques dus à la crise sanitaire. » Anxiété, dépression… Tu fais la vaisselle. Mets ta photo, coupes le son. Tu es confiné. Demain, tu te lèves, vas bosser. Il y a de l’interstice là-dedans : la photo, justement. C’est ça le truc. Pour d’autres : les livres. L’amour, que sais-je. L’entre-deux.


le mercredi 18 novembre


Voir l'image

12/11/2020


le jeudi 12 novembre


Voir l'image

11/11/2020

« Il n’y a pas de crime de guerre. Il n’y a qu’un crime : la guerre. » F. Cavanna


le mercredi 11 novembre


Voir l'image

at les courses

j’étouffe


le samedi 7 novembre


Voir l'image

du miroir aux alouettes

au 105 mm. Le 28 mm, le 35 mm, c’est bien, c’est étourdissant ! ce qu’on veut, j’adore, c’est la base du street photographer pur et dur, sauf que changer de temps en temps n’est pas interdit non plus, sauf erreur, histoire aussi de repasser les plis, car des plis on en prend, en photo – comme le linge. Quitte à froisser. On se froisserait pour peu de chose tout de même, n’est-il pas ?


le jeudi 5 novembre


Voir l'image

l’avenir

Merci Valérie pour la légende


le mardi 3 novembre


Voir l'image

dimanche

morne plaine


le dimanche 1 novembre


Voir l'image