Pierre Montant

Les légendes de Pierre Montant /

432 images légendées.

01

02

03

04

05

06

07

08

09

10

11

12

2020

01

02

03

04

05

06

07

08

09

10

11

12

2019

01

02

03

04

05

06

07

08

09

10

11

12

2018

01

02

03

04

05

06

07

08

09

10

11

12

2017

01

02

03

04

05

06

07

08

09

10

11

12

2016

01

02

03

04

05

06

07

08

09

10

11

12

2015

mes amis

il faut un certain mérite pour réussir un point (approximatif) à grande ouverture sur le sujet le plus intéressant, avec un astigmatisme terrible, sans lunettes, quand le fût de l’objectif et ses repères gradués ne sont plus qu’un tas de grumeaux, vus de près


le jeudi 16 janvier


Voir l'image

13/01/2020

tous les matins, presque tous les matins, pas tous, un esprit malin me souffle à l’oreille le mot de Beckett, l’hiver, pourquoi l’hiver, je ne sais pas, mais l’été aussi : « Il faut continuer, je ne peux pas continuer, il faut continuer, je vais donc continuer », la difficulté est là, à l’année, des murs, ou dissimulée dans les rets du quotidien. Il te faut composer avec les arêtes multiples du réel, « il faut continuer, je ne peux pas continuer, il faut continuer, je vais donc continuer ». Cherche, regarde, l’interstice, l’interstice, et là, de temps en temps une joie, on ne sait quand ça va arriver, si ça arrive – pourvu que ça arrive. Ne pas perdre sa joie. Avec la photo, suprême viatique, on ne la perd pas, en principe. Il faut continuer.


le lundi 13 janvier


Voir l'image

Rupin & Ruffin

Sur le quai du métro de la station Bastille, je me mets à songer à un certain Pacôme Rupin – quel blaze. Rupin était le candidat de Macron, ça ne s’invente pas, pour la députation de la circonscription aux législatives. J’avais vu son nom en passant, sur une affiche de campagne en 2017 dans ce même quartier. Un patronyme prédestiné, façon « Bahut et Moncoffre, déménagements ». Je l’oublie de nouveau, aucun intérêt au fond. On peut lui préférer Pacôme Hégésippe Adélard Ladislas, comte de Champignac…

Deux, trois stations passent.

Je m’assois, qui vois-je ? Ruffin himself ! Rupin dans mon souvenir, puis Ruffin, mais en vrai, lui. Le seul que la rime a fait rire, c’est moi. Entre ces deux-là le rapport (politique) est plutôt antagoniste. Rupin, je ne l’aurais pas reconnu de visage. Je n’aurais pas eu non plus envie d’en faire un souvenir, le cas échéant. Ruffin, bien plus sympathique à l’auteur de cette photo, si.


le jeudi 9 janvier


Voir l'image

shooting the convives

et la bonne année !


le mercredi 1 janvier


Voir l'image